Post view

La secrétaire devenue attachée parlementaire - Châteaubriant

La secrétaire devenue attachée parlementaire - Châteaubriant

lundi 05 novembre 2012
Nozay, le 25 octobre. Alexandra Lopez a été secrétaire de mairie, puis Directrice générale des services (DGS), avant de devenir attachée parlementaire il y a trois semaines.

Née à Châteaubriant, Alexandra Lopez est une des trois collaboratrices du député. Fort tempérament, grosse capacité de travail : cette fan d'Yves Daniel examine les aspects techniques et juridiques des dossiers.

Portrait

Nozay, le centre de la 6 e circonscription de la Loire-Atlantique. L'adresse du local provisoire de la permanence du député Yves Daniel n'est pas « avenue de la Victoire », ni « rue de la Rose » mais allée des Lilas. Dedans, des murs politisés : une photo sous verre de Jean-Marc Ayrault en campagne à Ancenis en juin, une vue panoramique de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, une carte de la « circo » et, aussi, la liste des membres du gouvernement... « Ça nous sert », dit Alexandra Lopez, en rouge et noir des pieds jusqu'au bout des manches.

Née à Châteaubriant il y a trente-trois ans, la fille de Viviane Lopez, conseillère générale du canton de Derval, est l'une des trois collaboratrices d'Yves Daniel. Sarah Pineau, son attachée parlementaire à mi-temps, est basée à Paris ; Dominique Castelin, son assistante parlementaire, travaille à Nozay et Alexandra, son attachée parlementaire, aussi. Différence entre assistante et attachée ? Le fond pour Alexandra, la forme pour Dominique.

« Un bon feeling entre lui et moi »

Alexandra Lopez a pris son poste le 12 octobre. Elle ne joue aucun rôle politique auprès du député mais elle apporte les réponses techniques et juridiques aux dossiers et demandes qui se présentent à lui. « Si quelqu'un qui nous sollicite a un souci, j'interroge alors le ministère ». Être une attachée veut dire aussi tenir des permanences, faire le lien avec les référents PS de la circonscription, répondre «systématiquement à toutes » les sollicitations, même par la négative : « Quelqu'un dans une procédure judiciaire nous a demandé d'intervenir. On lui a répondu qu'on ne pouvait pas ! » La voix assurée, des origines nantaises, espagnoles et pied noir, cette femme de caractère se dit « carrée » et « dynamique ». Affable et forcément flatteuse quand elle parle de son mentor : « Il est très humain, très simple, très abordable, à l'écoute... » Elle le tutoie car ils se connaissent depuis longtemps.

Été 2001. Titulaire d'une maîtrise d'Administration économique & sociale, la jeune Alexandra cherche un stage. « J'ai postulé à la mairie de Mouais. C'est là que j'ai rencontré Yves Daniel. Il y a eu un bon feeling professionnel entre lui et moi. Puis je lui ai envoyé une carte de voeux tous les ans », se rappelle-t-elle, fruit de l'union entre un ouvrier et une institutrice. Chez les Lopez, on vote - « on a un devoir civique très développé » - et on vote à gauche.

« Seule dans un bateau »

Aux Européennes de 1999, Alexandra Lopez prend part au dépouillement à la mairie de Lusanger : « J'étais déjà intéressée par les élections ». Elle sent qu'elle a le service public dans la peau. La voilà embauchée au secrétariat de la mairie de Vritz (800 habitants) entre 2002 et 2007. « J'ai fait mes armes. On est seul dans le bateau mais on apprend. Il faut tout faire : comprendre le système, comprendre comment travaillent les élus, gérer un conseil municipal, préparer un budget... » Toujours secrétaire de mairie mais à Teillé (1 700 hab.) entre 2007 et 2010, elle devient DGS (Directrice générale des services, N.D.L.R.) à Saint-Géréon entre 2010 et 2012. Un poste « pivot » entre les services et les élus.

Quand elle apprend qu'Yves Daniel cherche à s'entourer, elle se rappelle à son bon souvenir : « J'ai postulé parce que c'était lui. J'ai été embauchée après deux entretiens dont un devant un jury d'élus ». Fière ? « J'ai récolté ce que j'ai semé. Je m'en suis donné les moyens. Ce n'est pas tombé tout cuit dans l'bec ! » Alexandra Lopez travaille avec deux outils : un smartphone et un ordinateur portable. Veut rester discrète sur son salaire. S'attend à un boulot « prenant » ; Et reçoit deux appels par jour de son patron, assis en haut à gauche sur le poster de l'hémicycle.

Jérôme BEZANNIER.
KHADHORMEDIA 20.12.2012 0 862
PUB
Comments
Order by: 
Per page:
 
  • There are no comments yet
Featured Posts
PUB
Post info
KHADHORMEDIA
Le Top des Tops Médias, KHADHOR' MEDIA, C'est Trop Top !
Rate
1 votes
Actions
FACEBOOK

Recommend
Categories
Politics (3 posts)