Post view

Nos origines culturelles

Archive pour la catégorie 'Nos origines culturelles'
« précédent
Un peu d’histoire…

Posté : 15 octobre, 2007 @ 4:29 dans Nos origines culturelles |

Nos deux ethnies paternelles (Godié et Bété) et l'ethnie maternelle de Nina-Prisca (Dida) appartiennent à la grande famille des Krou (notre regard sur les Krou dans cet article sera restreint aux trois ethnies ci-dessus), qui a fait son apparition sur les côtes ivoiriennes et libériennes dès la fin du XVIè siècle. Même s'ils se révèleront être de bons pêcheurs, l'origine du nom n'a aucun lien, comme on pourrait le croire, avec le mot anglais “crew” qui signifie “équipage”.



Sur l'image, l'on peut voir l'arrivée d'une délégation Krou avec à sa tête son chef Nouan, précédé lui-même, de façon symbolique, de sa pipe.Chef krou

Les Krou occupent le littoral, depuis Grand-Lahou (Côte d'Ivoire) jusqu'à Monrovia (Libéria), entourés par la côte Atlantique, et d'autres familles telles que les Mandé et les Akan. Le climat de cette région est chaud et humide, et les précipitations y sont très régulières.



C'est un peuple regroupant une vingtaine d'ethnies (réparties entre le Libéria et la Côte d'Ivoire), chaque ethnie étant à la fois liée à l'autre, tout en gardant son autonomie. Le système lignager y est patrilinéaire, Les mariages y sont virilocaux (c'est-à-dire que la femme quitte ses parents pour habiter dans le village des parents de son mari). Certains diront que cette coutume est anti-biblique  puisqu'il est écrit dans le livre de la Genèse que l'homme lui, et pas la femme, quittera son père et sa mère… Je leur répondrai qu'il faut comprendre que “quitter” ses parents va au-delà du départ physique : il exprime plutôt une matûrité de l'homme, et son autonomie qui lui permet de s'occuper de son foyer sans avoir recours à ses parents. D'ailleurs, la belle Rébecca n'a-t-elle pas dû quitter ses parents pour rejoindre son époux Isaac au pays où il était avec son père Abraham?…

L'organisation socio-politique repose sur la segmentation du peuple. Il n'y a pas de pouvoir centralisé (roi de tous les Krou). C'est pourquoi la parenté a une grande importance chez les Krou, car seule l'autorité de l'aîné de sa parenté est incontestée par un individu donné. Les mariages renforcent les liens entre les différents “clans”, souvent à des prix de compensation matrimoniale (ou dot) élevés.

La civilisation Krou est une civilisation de clairière. Il pratique la culture sur brûlis. Les denrées locales sont : le riz socialement valorisé; le maïs et le manioc; le café et le cacao dont la culture a permis à ce peuple de se stabiliser, lui qui était autrefois sujet au nomadisme agricole;…etc. Très peu éleveur, les Krou accordent toutefois une grande importance au boeuf (mariage, funérailles). La pêche est une activité privilégiée, ainsi que la chasse (collective au filet chez les Dida et les Godié). L'habitat, autrefois à base de cases rondes, a presque partout adopté la case rectangulaire (sauf dans certains villages où subistent encore de belles cases rondes traditionnelles) avec des murs en pisé et des toitures en papo. Artisanal (scuplture de statuettes).


PêcheL'aspect religieux, intéressant à souligner, consiste en une croyance en un dieu unique, mais trop éloigné des hommes pour qu'on puisse l'atteindre directement. Vient une prolifération d'intermédiaires, dits “génies”, qui, résidant tantôt dans l'arbre, tantôt dans la rivière, … assurent la liaison entre les hommes et ce dieu. Satisfaits des sacrifices et de l'adoration des hommes, ils leur procurent du bien (bonne pêche, bonne chasse, fertilité du sol et des femmes, victoire à la guerre,…etc.). Mécontents, ils les livrent aux pouvoirs maléfiques des “sorciers”. A ce panthéon s'ajoute une série d'êtres fabuleux qui hantent la brousse et qui ont fait croire (à cause de leur description faite par les autochtones - allure humaine, petite taille) à l'existence de pygmées en Côte d'Ivoire. Les ancêtres, quoique respectés, ne font pas l'objet d'une adoration particulière.



Intéressons-nous maintenant aux trois ethnies Krou auquelles nous sommes liées ma compagne et moi, à savoir les Dida, les Godié et les Bété.

Les Dida
Les Dida n'ont pas de mot pour se désigner comme peuple; En effet, le mot “dida” n'appartient pas originellement à la langue dida et son interprétation varie selon les régions. L'opinion commune au Sud, est qu'il s'agirait d'un mot avikam signifiant “les tatoués“. Au Nord, on le présente comme la déformation des mots baoulé “di, la” dont le sens serait : “Mange et dors”; Ce serait un sobriquet railleur donné par les Baoulé à leurs voisins de la forêt. Les Dida occupent les marches orientales du pays Krou; Ils conservent de leur proximité avec le monde Akan, dont de nombreux groupements de la zone de contact se disent originaires, des traits de culture incontestablement empruntés à une organisation sociale de type matrilinéaire.



masqueLe pays Dida est formé de 68 tribus, qui s'identifient par un nom propre et comprennent en moyenne 8 villages. La tribu, tantôt se confond avec le lignage majeur, tantôt est faite de lignages moyens étrangers les uns aux autres; Hormis le cas où elle coïncide avec le lignage majeur, jadis unité exogame, ses membres ne partagent, en général, que le même interdit alimentaire.
Le village composé d'un certain nombre de lignages moyens, qui se réclament ou ne se réclament pas d'une souche commune, a déjà une existence beaucoup plus fonctionnelle: Groupe de chasse, dépositaire de certains droits fonciers, il est politiquement souverain. Le lignage moyen, lokpa, est un patrilignage localisé, constitué par des descendants d'un ancêtre commun situé à la quatrième, cinquième ou sixième génération ascendante. Mais le lokpa est aussi l'ensemble des hommes qui participent à la chasse derrière le même grand filet, avec leurs ascendants et leurs descendants agnatiques; Unité exogame chez les Dida de l'Ouest, il a des fonctions à la fois économiques(en tant que propriétaire foncier, groupe de travail collectif ou groupe de chasse) et politique(en tant composante de l'unité souveraine qu'est le village).
Le lokpa se divise en siri(singulier : séré), “maisons”; le séré, qui est sans ambiguïté un groupe de parenté, peut être soit un lignage mineur, soit un lignage minimal;
Dépositaire de certains droits fonciers, jouant un rôle important dans la régulation des échanges matrimoniaux, cadre à l'intérieur duquel s'opère la transmission des héritages, le séré apparaît comme l'unité par excellence de gestion économique.

Les Godié
Le terme godié dériverait de l'expression gwè-dgi, littéralement “chimpazé-panthère”, surnom que leurs voisins du sud-ouest, les Neyo, leur auraient donné, par allusion à leur tempérament frondeur, querelleur, belliqueux, semblable à l'humeur qu'affichent ces deux animaux quand ils s'affrontent.

L'organisation sociale des Godié est en gros semblable à celle des Dida, avec lesquels, il n'existe aucune frontière précise et ils échangent très volontiers les femmes ; l'unité sociale la plus grande est la tribu, bli ou mli suivant les régions, fédération de patrilignages moyens qui ont décidé de former ensemble soit un groupement d'alliance : aire privilégiée de l'échange matrimonial; soit un groupement de guerre : entité à même de se défendre en cas de conflit; soit les deux à la fois. Cette fédération d'alliance est dirigée par un bli-kagnon ou kamagnon, “l'homme qui commande le bli“, choisi pour ses qualités guerrières et son sens de la justice. Le bli comprend de deux à plusieurs lignages moyens, lolokpa. Les membres du même lolokpa occupent généralement le même village, du, et ne peuvent se marier entre eux. Le lignage moyen se subdivise lui-même en séré, le séré étant, comme chez les Dida, un lignage mineur ou minimal.



maskPeuvent être rattachés aux Godié les Kotrohou, de leur vrai nom Lègrègnoua, “les hommes des dents d'éléphant”, qui partis du pays Akan, atteignent par le littoral la lagune de Fresco vers la fin du XVII ème siècle ou à l'aube du XVIII ème siècle.
Les Kodia, peuvent également être rattachés aux Godié; De leur vrai nom Nigbiyo, “les hommes du bord de la mer”, dont tous les villages étaient jadis installés sur la rive gauche du Sassandra, et qui proviennent essentiellement de l'éclatement de lignages Godi.

Les Bété
L'origine de l'ethnonyme du peuple Bété demeure inconnue ; Ils constituent à la fois la population la plus importante du monde Krou de Côte-d'Ivoire et celle qui occupe son espace de la manière la plus dense.
Comme les Dida, les Bété ont une organisation sociale marquée à l'Est par l'origine Akan d'un certain nombre de groupements, se traduisant par la présence de matriclans, et accentuant ses caractéristiques patrilinéaires au fur et à mesure que l'on s'enfonce vers l'Ouest; Aussi la distinction couramment établie entre Bété de Gagnoa, Bété de Daloa et Bété de Soubré est-elle tout à fait justifiée.



Carte krouL'unité socio-politique la plus vaste, la “tribu”(le pays Bété en compte 93), correspond tantôt au clan, tantôt à une fédération de lignages moyens. Cette unité est désignée par un nom propre dérivé de celui de son fondateur, ayant un nom générique(digpi) à Daloa, elle comprend en moyenne 5 à 6 villages. Si l'on discerne chez les Bété de Daloa, des “segments de clan”(su ou suo, “tronc”), l'entité la plus fonctionnelle semble partout être le lignage moyen : gribé à Gagnoa, grébo à Daloa, grigbi à Soubré; Cette entité symbolise un groupe de descendants dont l'ancêtre se situe en moyenne à six générations, et à l'intérieur duquel en général l'on ne se marie pas. Le lignage moyen, qui peut à lui seul, ou en association avec plusieurs autres, former un village, se subdivise en lignages mineurs, kossu, avec distinction, pour les Bété de Gagnoa, entre toyokossuyoko, descendants d'un même aïeul, et noyokossuyoko, descendants d'une même aïeule.
Le lignage mineur coiffe enfin le lignage minimal, gregbo(Gagnoa) ou ligbwè(Daloa).

Peuvent être rattachés aux Bété : Les Niaboua, les Niédéboua, les Kouzié et les Kouya.



Nos remerciements à M. et Mme TAHOU desquels nous avons pu tirer un grand nombre d'informations pour alimenter cet article (visiter leur site www.wobebli.net).

KHADHORMEDIA 16.08.2011 0 1524
PUB
Comments
Order by: 
Per page:
 
  • There are no comments yet
Featured Posts
PUB
Post info
KHADHORMEDIA
Le Top des Tops Médias, KHADHOR' MEDIA, C'est Trop Top !
16.08.2011 (3443 days ago)
Rate
1 votes
Actions
FACEBOOK

Recommend
Categories
Politics (3 posts)